La ferme Huber est l’une des plus anciennes de Fiè allo Sciliar, un village situé dans une position pittoresque sur un haut-plateau du Val d’Isarco. Cité la première fois en 1291, depuis 1774 c’est la maison et la source de revenus de la famille Gostner. Ce sont peut-être les anciens murs de la ferme de famille qui ont donné à Anton Gostner l’inspiration pour réaliser une idée insolite. En plus de l’élevage qui est rentable, il décide un jour de se mettre à la culture des pommes. A la recherche d’un mode de vie et de culture approprié pour leur famille, leurs animaux et leurs vergers, les Gostner choisissent au début des années 2000 ce qui est le plus indiqué pour eux : à partir de là, la ferme Huber devient bio.

Mais le bon chemin n’est pas toujours le plus facile à suivre. Comparés aux pommiers du fond de la vallée, les pommiers aux pieds du Massif du Sciliar, à 900 m d’altitude, sont exposés à un risque de gel la nuit bien plus élevé. Du moment que le gel n’est vraiment pas l’ami des cultures fruitières, ici il n’y a pas beaucoup de paysans qui cultivent des fruits. En effet, le gel détruit les fruits et abîme les pommes. Mais lors des nuits de gel, parfois les arbres peuvent être protégés avec des bougies ou l’irrigation. Le feu et l’eau – qui gèle sous le zéro thermique et, en se refroidissant, produit de la chaleur – peuvent augmenter légèrement la température et protéger ainsi les bourgeons et les fleurs. Et, les nuits de gel, le lit de Johannes Gostner est presque toujours vide : Johannes reste sur place pour protéger es pommiers, comme lui appris son père.

IMG 3660 klein

Les fruits de ce travail incessant poussent sur les arbres et se distinguent par leurs nombreuses couleurs. Si elles ne sont pas abîmées par le gel, les pommes montrent toute leur beauté. Les jaunes Golden Delicious montrent leurs taches de rousseur, Evelina®, Red Delicious et Bonita, de leur côté, s’habillent d’un rouge intense. Et puis il y a Natyra®, Topaz et Kanzi®.

“Bio n’est pas seulement une étiquette collée sur un produit biologique. Bio est une vision du monde”

A la ferme Huber, les pommes sont importantes, mais elles ne sont pas tout. En plus de la culture des fruits, l’élevage, un agritourisme et le chalet Huber Schwaige sur l’Alpe di Siusi sont les piliers de la ferme de la famille. Heureusement qu’Anton a six enfants : trois filles et trois garçons.

Bio Südtirol 2019 web 21 Bio Südtirol 2019 web 23

Johannes est l’agriculteur, Michael le chef cuisinier du chalet Huber Schwaige, tandis que Benjamin, toujours présent, s’occupe des hôtes. Plus de la moitié des produits offerts au chalet arrive de la ferme Huber : les viandes de bœuf, d’agneau et de porc proviennent des animaux élevés par la famille, tout comme les produits typiques du Haut-Adige, dont le Speck ou les saucissons fumés “Kaminwurzen”, sans oublier le fromage, le beurre et naturellement le lait. Et puis il y a les poules qui donnent les œufs. Enfin, les pommes, la salade et une partie des légumes verts sont cultivés directement sur les terrains de la ferme.

Ce qui manque, les Gostner l’achètent aux exploitations biologiques, comme par exemple les légumes verts qui arrivent du magasin Biokistl, et les vins qui arrivent de deux agriculteurs Biosüdtirol, les fermes In der Eben et Zöhl. Tout est bio et traçable. Avec ces bases et sans compromis, le chalet Huber Schwaige est devenu en 2017 un chalet Bioland.

Une bouchée de strudel de pommes fait maison révèle que les ingrédients extra de l’engagement et de la passion sont le résultat de tout ce travail. Et quand, pour un moment, on regarde travailler les “jeunes Huber” – c’est ainsi qu’on les appelle au village – l’étincelle de l’enthousiasme se transmet immédiatement. Et la voilà, la certitude que le chalet Huber restera encore longtemps un lieu insolite dei Fiè allo Sciliar.

Strudel de pommes caramélisé